L’état des lieux après les vagues de gel

Entre le 26 et le 28 avril 2017, plusieurs grandes vagues consécutives de froid ont touché le vignoble de Bordeaux.

Au Château Guiraud, 1er Grand Cru Classé en 1855, Sauternes, les températures ont atteint -1°c et notre future récolte en a subi les conséquences.

 

Le 2 mai 2017, l’heure est au constat ; Luc Planty, responsable technique, estime une perte à 40% sur les rendements du millésime 2017.

 

« Dans les semaines à venir plusieurs mesures vont prendre place dans les rangs : les rameaux touchés par le gel vont être tombés et nous allons épamprer les ceps qui ne produiront pas. Par la suite, nous allons tailler à un 1cm pour équilibrer les souches et permettre d’avoir un bois propre et utilisable pour l’année prochaine » explique-t-il.

 

Le compte à rebours jusqu’aux Saints de Glace a débuté. D’ici-là, un recrutement d’une vingtaine de saisonniers est en cours pour l’épamprage précoce de la vigne, dans l’espoir de la naissance d’un contre-bourgeon fructueux.

Il est, d’ores et déjà, possible de dire que le rendement du millésime à venir sera plus faible qu’en en 2016. Bien entendu, seuls la climatologie estivale et le développement du Botrytis Cinerea pourront définir la qualité du millésime 2017.

 

L’ambiance au Château Guiraud, 1er Grand Cru Classé en 1855, Sauternes se veut optimiste. « Souvenons-nous en 2008, nous avions perdu 50% de la récolte dans la nuit du 6 au 7 avril. Malgré tout, un grand Sauternes a été produit cette année-là ; précision et acidité jouent encore sur un équilibre parfait ».

 

Parcelle Thérése touchée par le gel

La parcelle Thérèse touchée par le gel

Partager :

 

MENU